Miser sur le Miso ? La panacée Japonaise.

Publié le 3 Avril 2014

Miser sur le Miso ? La panacée Japonaise.

Le miso... ce nom commence à nous être un peu familier, surtout à ceux qui fréquentent les restaurants japonais, où est servie en entrée l'incontournable soupe miso. Au Japon, dans la tradition, elle est servie au petit déjeuner !

Mais de quoi parle-t-on quand on parle de miso ? Cet aliment traditionnel japonais se présente sous la forme d'une pâte souvent foncée. Il est très salé et se compose de grains de soja, le double de grains de riz ou orge, de l'eau, du sel marin et surout, d'un ferment appelé Aspergillus oryzae et de lactobacilles. L'ensemble de ces ingrédients subit une première fermentation, d'environ deux jours. Puis une seconde en condition anaérobie, c'est à dire à l'abris de l'air. Cette seconde fermentation a une durée comprise entre une semaine et deux ans, selon le résultat voulu.

C'est précisément cette fermentation qui confère au miso toutes ses vertus diététiques. Tout d'abord, il est stimulant et énergisant. Ensuite, il contient de la vitamine B12, ce qui est assez rare dans le règne végétal. C'est un aliment sans choléstérol et pauvre en gras, mais riche en enzymes, vitamines, minéraux. Il contient en effet une cinquantaine d'enzymes bénéfiques au corps humain. La présence de lactobacilles lui confère des vertus probiotiques : autrement dit, le miso favorise la profifération de bonnes bactéries dans les intestins, facilite la digestion et favorise l'élimination des toxines. Enfin, il peut aider à surmonter certaines intolérances ou même alimentaires.

Ses propriétés sont à la fois préventives et curatives. Des études menées au Japon lui prêtent des vertus anti-cancer : la présence de mélanoïdines du groupe de mélanines végétales aiderait en effet à ralentir la croissance de cellules cancéreuses. Antyoxidant puissant, il peut protèger de certaines maladies cardio-vasculaires et de l'hypertension, atténuer les symptômes de la ménopause, protéger l'organisme d'agents pathogènes. Par ailleurs, il purifie le sang, fortifie le foie et réduit les symptômes de colopathie fonctionnelle. Et je ne vous dis pas tout de ses multiples vertus.

Si vous êtes conquis, sachez qu'il est aussi très facile d'utilisation. En effet, vous pouvez tout simplement le rajouter à vos plats préférés, en évitant de saler car le miso l'est déjà beaucoup. Il peut servir de base pour vos bouillons, soupe et vinaigrettes, ragoût ou encore marinade. Il se marie à merveille avec le riz, les vermicelles, le soja et les légumes sautés. Petite astuce : confectionnez vous-même votre vinaigrette et incorporez le miso directement dans votre préparation ! Vous pouvez en consommer jusqu'à 20 grammes par jour, soit l'équivalent de deux bols de soupe. Pour la conservation, c'est au frigidaire.

Le miso est un véritable allié de notre organisme : ne l'en privez pas. Par ailleurs, son coût est très raisonnable. Mon conseil : procurez-vous le miso d'origine biologique (on évite le soja OGM...) et surtout surtout, de fermentation naturelle.

Rédigé par Marie

Publié dans #Santé au naturel

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article