Je soigne mon estomac

Publié le 3 Avril 2014

Je soigne mon estomac

Stress, repas rapides, tensions, les causes des maux d’estomac sont multiples. Comment remédier à ces douleurs gênantes voir handicapantes ? Voici quelques pistes pour comprendre et agir.

Le contenu de l’estomac est très acide, cette spécificité lui est nécessaire pour décomposer les aliments, les prédigérer en quelque sorte. Le Ph, potentiel hydrogène y est de 1,2, contre 7,4 pour le reste du corps. Quand une partie du contenu de l’estomac remonte dans l’œsophage, on parle de reflux gastro-oesphagien ou brûlures d’estomac. Divers facteurs peuvent entraîner ces troubles souvent chroniques et qui à la longue peuvent provoquer des lésions sur les parois de l’oesophage ou évoluer vers des troubles graves. D’où la nécessité de s’en préoccuper.

Dans beaucoup de cas, ces troubles ont pour origine un dysfonctionnement du sphincter qui relie œsophage et estomac, un petit clapet qui s’ouvre de façon anarchique, laissant ainsi remonter les sucs gastriques dans l’œsophage ; on parle de remontées acides : celles-ci ont lieu souvent après les repas, ou pendant la nuit. A la longue, elles peuvent évoluer vers des ulcères de l’estomac, ou des inflammations graves de l’œsophage. Nourrissons et femmes enceintes sont enclins aux reflux, mais de façon temporaire. Certains médicaments peuvent aussi provoquer des reflux : il s’agit de l’aspirine, de certains anti-inflammatoires non stéroïdien, d’autres traitant encore traitant ostéoporose, somnifères et autres antibiotiques.

En guise de prévention, il est utile de rehausser la partie supérieure du lit d’une quinzaine de centimètres à l’aide de coussins. Fumer aggrave ces troubles, ainsi que l’obésité. Par ailleurs, si aucune étude n’a confirmé que certains aliments pouvaient encourager ces brûlures, les malades ont souvent observé les effets de certains d’entre eux. Café, chocolat, fruits acides et jus, boissons gazeuses, lait, oignons, tomates, plats gras ou épicés sont à éviter pendant les crises. A vous également de repérer ce qui ne vous réussit pas, car chaque organisme réagit de façon spécifique aux aliments. Enfin, l’alcool augmente la sécrétion d’acides dans l’estomac, l’idéal est d’en limiter la consommation au maximum, et surtout de ne pas en consommer l’estomac vide. Il faut savoir qu’en général, on ne guérit pas complètement de ces troubles, mais on essaie de gérer, et d’atténuer les symptômes.

Avant de prendre des médicaments anti acide dont je dirai deux mots tout à l’heure, on peut déjà adopter quelques mesures hygiéno-diététiques simples. Les repas trop copieux ou trop gras sont à éviter Mieux vaut manger plus souvent, en quantité moindre que de surcharger l’estomac. Le soir particulièrement, mangez léger et tôt : l’idéal est de se coucher trois à quatre heures après votre dîner. Les repas sont pris dans le calme, et la mastication est méticuleuse : 20 mastications par bouchée est un bon début ! Eviter de boire trop chaud ou trop froid. Enfin, de nombreux spécialistes s’accordent à reconnaître l’immense influence des tensions et du stress dans ce domaine : ne dit-on pas : « je vais me faire un ulcère ou j’ai un nœud dans l’estomac ? » Dans de nombreuses traditions, le ventre est le siège émotionnel de l’homme ; et la science occidentale reconnaît également le rôle prépondérant de ce que l’on appelle aujourd’hui notre deuxième cerveau. D’où l’importance d’éviter les situations de stress tant que faire se peut, ou alors tout simplement d’adopter et de pratiquer une technique de gestion du stress et des émotions. Aujourd’hui, la science est en passe de reconnaître les vertus de nombre d’entre elles, comme l’acuponcture, le shiatsu, le yoga, la méditation et les pratiques psycho-corporelles.

Les médicaments anti-acide neutralisent l’acide gastrique, ils peuvent soulager les troubles de façon provisoire. Les antagonistes H2 réduisent la production d’acide dans l’estomac. Quant

aux inhibiteurs de la pompe à protons, ils sont plus efficaces encore mais peuvent entraîner des effets secondaires importants. D’ailleurs, tous ces médicaments pris à la longue peuvent entraîner une malabsorption des nutriments… et là, c’est une autre histoire qui commence.

Pour conclure, les amateurs de tisane trouveront dans la réglisse, guimauve, mauve et plantain de précieuses alliées. Par contre, évitez la menthe, car elle peut agir sur le relâchement du sphincter de l’œsophage. Enfin, boire le matin un verre d’eau où de l’argile verte aura trempé toute une nuit peut également vous soulager.

Rédigé par Marie

Publié dans #Santé au naturel

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article